Archivio

Archivio Marzo 2005

Interview avec Dope Skwad

20 Marzo 2005 Commenti chiusi


DOPE SKWAD
De Ciobin

CIOBIN : Bref historique du Dope Skwad ?
DOPE SKWAD : Pour faire court, Tar One et moi-même (Daexxx) sommes à la base du groupe qui s?est formé en 96-97 avec DJ RSR aux platines à cette époque. Lors de mon départ pour un an aux USA en 98, le groupe est passé de 3 à 5 membres avec l?addition de potes de longue date (NegroRaï, Raz et Double A). Depuis 2000, la formation compte cinq membres suite aux départs de Raz et DJ RSR et à l?arrivée de DJ Aral One. Donc voilà depuis cette période le Dope Skwad se compose de 4 mc?s (Tar One, Daexxx, NegroRaï, Double A) et d?un DJ (Aral One).

C : Ceci est votre premier cd?
DS : C?est notre première sortie « officielle » mais nous avions déjà sorti plusieurs street-cd?s et démos. Nous avons pu ainsi nous faire connaître dans notre région, et participer à pas mal de concerts importants (comme la 1ere partie de Kool Shen du groupe NTM par exemple). Nous avons pris notre temps car nous pensons qu?un groupe doit d?abord faire ses preuves sur scène. Avec le recul nous nous rendons compte que si nous avions sorti notre maxi plus tôt ça aurait peut être été précipité. Là, on a attendu le bon moment, c?était la suite logique des concerts, démos et apparitions sur compilations et mix-tapes?

C : Dis-moi quelque chose sur le hip-hop dans ta ville ?
DS : On vient de Verviers, une petite ville de l?est de la Belgique. C?est à la fois un avantage et un inconvénient, l?inconvénient étant que nous ne sommes pas au centre de tout ce qui se passe à Bruxelles et dans les autres grandes villes mais l?avantage c?est qu?on est pas loin non plus et que notre isolement est parfois bénéfique au point de vue de notre démarche artistique. Il est également intéressant de se trouver près des frontières hollandaises et allemandes pour ce qui est des concerts et de l?approvisionnement en bon son, sapes, etc? En ce qui concerne plus précisément le mouvement hip hop de la ville, on peut dire que chaque discipline est bien représentée à l?exception du graffiti qui a toujours eu un peu de mal à décoller. Pour ce qui est des breakeurs je me dois de citer « Break Control » le crew du frère de NegroRaï qui nous accompagne de temps en temps lors de nos shows, en ce qui concerne le DJ?ing des gars comme DJ Sausé et DJ Aral One sont parmis les pointures belges, pour ce qui est du rap il y a du monde aussi : Koup 2 Poker, Bern Li, RS (anciennement DJ RSR), J?deedah, Shokin Side, et d?autres groupes qui arrivent à un bon niveau. Pour ce qui est des beatmakers, Aral et Sausé s?illustrent encore dans cette discipline, comme Lunik également qui bosse avec pas mal de mc?s hors de Verviers et hors de la Belgique même. Il ne faut pas oublier SPK du groupe J?deedah, Skwal, Az the Jazz et Scoumoune qui n?attendent que des sorties pour confirmer leur talent?

C : Est-ce que tu connais quelque chose sur le hip-hop en Italie?
DS : Je ne connais pas grand-chose, je dois l?avouer, j?ai eu l?occasion de voir Esa et Marya lors de concerts de Rival du CNN mais c?était il y a quand même longtemps. Je me suis déjà rendu en Italie pour les vacances quelques fois et je n?ai malheureusement pu rencontrer de b-boys lors de mon voyage?J?ai vu pas mal de graffitis quand j?ai pris le train donc j?en ai déduit qu?il y avait des activistes un peu partout.

C : Qu’est-ce que tu penses des mp3?
DS : C?est difficile d?avoir un avis tranché là-dessus en tant qu?artiste, je pense que le mp3 et internet peuvent apporter beaucoup à un groupe en ce qui concerne la promotion. Avec peu de moyens on peut rendre ses sons disponibles dans le monde entier. Maintenant ça peut être une arme à double tranchant, quand on sort un disque tout le monde le copie, l?encode en mp3, se l?échange?Moi ça ne me gêne pas trop car le but principal est d?être entendu, mais c?est sur que ça nuit aux ventes de disques qui ne sont déjà pas énormes, surtout pour un groupe indépendant déjà mal distribué par rapport aux artistes signés en major.

C : Et des femmes dans le hip-hop?
DS : Je n?ai jamais été contre une présence féminine dans le hip hop, le seul truc qui m?ait jamais chiffonné c?est que certains s?extasient autant devant une fille qui rappe pas mal que devant un type qui rappe super bien, tout ça parce que c?est rare les filles au micro. Pour moi y?a pas d?histoire de sexe, tu es bon(ne) ou pas ! Sinon au niveau des thèmes et des idées apportées c?est super enrichissant pour le rap d?avoir une vision féminine qui les aborde, donc pour moi c?est un plus. Je ne suis pas trop dans le délire « rap macho » qui considère les meufs comme des objets ou des bitchs, même si certains délires de pimps dans les clips américains me font délirer. Sinon pour ce qui est de la vibe artistique, je préfère mille fois une Bahamadia, Paula Perry, Jean Grae, Heather B à une Trina ou une Foxy Brown.

C : As-tu joué en live?
DS : Pour nous la scène est l?aspect le plus important, c?est là que tu vois si le public peut rentrer dans ton délire musical ou pas. Y?a pas moyen de tricher, que ce soit devant 10 ou 1000 personnes tu sentiras si la vibe passe ou pas. Tu dois d?abord faire tes preuves sur scène avant de passer à l?enregistrement. Maintenant je peux comprendre que certains rappeurs préfèrent l?intimité du studio et leur cocon à la confrontation avec le public, mais pour nous elle est primordiale. Nous avons fait plus d?une cinquantaine de concerts en 7 ans, ce qui est vraiment pas mal quand on sait comme il est difficile de trouver des concerts en Belgique pour un groupe de rap pas super connu. Nous aimons amener une dimension « show » à nos concerts avec la participation de breakeurs, une toile graffée en fond de scène, et une participation active de notre DJ Aral One avec pas mal de changements de beats et de scratches.

C : Quel est l’artiste que tu préfères et pourquoi?
DS : J?aurais vraiment du mal à répondre à cette question car pour moi chaque mc qui a un jour décidé de prendre un micro en main, chaque graffeur qui a pris une bombe, chaque dj qui a branché ses platines, chaque danseur a apporté quelque chose à notre culture que ça soit en bien ou en moins bien? J?ai un maximum de respect pour les fondateurs comme Bambataa ou Kool Herc et tous les vieux de la vieille qui ont été oubliés, mais je dois avouer que j?ai un gros faible pour la période 93-94 où je suis vraiment devenu un accro du hip hop. J?étais et je suis toujours un fan de DJ Premier, de Pete Rock, des gars du Wu et de bien d?autres groupes de cette époque. Sinon pour en revenir à la question, je crois que mon coup de c?ur du moment c?est Masta Ace, ses deux derniers albums sont des classiques pour moi, le type vient de l?époque du Juice Crew et est toujours au top dans le rap game, je me retrouve également dans les propos qu?il tient donc c?est lui que je préfère pour l?instant.

C : Selon toi les vidéos hip-hop représentent le vrai hip-hop?
DS : J?ai découvert l?univers du hip hop par ses vidéos, mais moi c?était les clips d? A Tribe Called Quest, de Das Efx, du Wu, les premiers de Snoop?Ca n?avait rien à voir avec les clips de maintenant qui tournent toujours au tour des meufs et des grosses voitures. Il y en avait déjà à l?époque mais à plus faible dose, maintenant il n?y a quasiment plus que ça, car les majors ont constaté qu?un single se vendait mieux lorsqu?on voit des bouts de fesses dans le clip. Moi l?époque de mes premiers clips m?a fasciné, ont enregistrait sur des cassettes les « Yo MTV Rap » et on décortiquait chaque scène, chaque élément vestimentaire. On voulait la même veste qu?un tel, les mêmes Nike qu?un tel, et à l?époque il n?y avait pas de marque de streetwear à proprement parler à part une ou deux. Donc c?était un challenge de trouver des fringues hip hop. Le truc qui m?emmerde avec les vidéos d?aujourd?hui c?est que les gens extérieurs au mouvement n?ont que cette image et ne savent pas qu?il y a plein d?autres clips beaucoup plus originaux derrière ces clips stéréotypés.

C : Dans ta vie, comment vis-tu le hip-hop?
DS : Pour moi, le hip hop est une manière de vivre avant tout. Cette culture m?influence dans tous les domaines, si j?arrêtais de faire du rap je serai toujours autant dans le truc. Depuis tout petit, les breakeurs, les graffitis, les rappeurs, les deejays m?ont fasciné, toute cette culture noire américaine en fait? Sinon au jour le jour, j?écris des textes, je travaille également bénévolement pour le site référence en matière de hip hop belge (www.darealness.com), je ne peux pas m?empêcher de me tenir au courant de l?actualité du hip hop? Je crois qu?on peut dire que je suis accro à tout ça !

C : Dis-moi quelque chose sur les radios et les clubs dans ta ville ?
DS : Il n?y a ni radio ni véritable club dans notre ville, mais il y a une salle appelée le « Petit Théâtre » où nous organisons des évènements de temps à autres. Sinon nous contactons les différentes radios undergrounds belges de Bruxelles, Liège ou Namur quand nous devons promotionner une de nos sorties. Il n?y en a pas énormément mais assez pour toucher un minimum de personnes.

C : Projets futurs ?
DS : Pour le moment on se renseigne pour monter notre petit home studio car nous en avons marre de dépendre des autres pour enregistrer nos trucs. Une fois que ce sera fait on bossera sur un street-cd où nous inviterons pas mal de connaissances de la scène belge, nous avons beaucoup d?idées mais on préfère ne pas en parler car on ne sait jamais ce qui peut arriver !

C : Merci et salut à…
DS : Merci à vous pour cette interview qui va peut être nous rendre populaire en Italie (rires), sinon à tous ceux qui supportent le Dope Skwad ainsi qu?à ceux qui vivent le hip hop de façon positive.

C : Pour te contacter?
DS : Il y a notre site internet : www.dopeskwad.be ou notre e-mail : dopeskwad@skynet.be

Categorie:Senza categoria Tag: , , ,

Interview avec Whity

20 Marzo 2005 Commenti chiusi


WHITY
De Ciobin

CIOBIN: Bref histoire de Whity
WHITY: Whity rappeur solo depuis 1997 originaire de Toulouse , faisant parti du crew “la Flevprod “a Paris et du label “Apolo records” basé a Nottingham (Uk).
Après quelques mix tapes et compiles…( Touch2style vol.1 album de Bibo “Blues de bitum”, mix tape “Tempo de luxe”,Dj Shab’ s “le temps d ’1 free…”, Cocktail xplosif, bootleg de Woodini, “On sort de l ombre “vol.1, “Faut tuer babylone ” et bien d autres, se fut…
le projet “Ten on Ten” réalisé avec Kaneyking (Apolo Records) sorti en mai 2004 exclusivement en Angleterre,10 titres de plein feeling et de plein feu…featuring, Lee Ramsay, Ritual, Nick stez, tween.b…
puis le cd promo 100% inedit de” Touch2Style “en juin 2004 (tiré a 2000exempl. et distribué a l oeil sur toute la france…avec Dj Djaz,Dj Brans, Flev, Pyroman, Daabaz, Lee Ramsay,Saké des Zakariens, billy bats,Whity… ) annoncant la sortie de “Touch2style vol.2″ cette fameuse réunion de plus de 140 artistes sur prod originales, réalisé par La Flevprod et Whity lui meme…ouverture du site www.touch2style.com (20nov.)
sortie du 1er vollet en exclu sur internet le 25nov. (tracklisting dispo sur www.touch2style.com) accompagné de la mix tape de Dj Djaz “The Real Mcs”!!!
Whity a venir sur…le 2eme album de Bibo, Xplosif2, Dj Lusitano, Fuck all management, Ditz killa show3, mix tape de Dj Kamel, Dj djaz “the real Mcs”, Autopsie, Vrai truc.com, mix tape “de la rue a la rue” et bien d autres ….

C: Dis-moi quelque chose sur le hip-hop dans ta ville
W: a Paris…
c est la guerre tout l ‘monde le sais(capitale…capitale…), les mcs se marchent les uns sur les autres,tous l ‘monde se bouscule, des projets y en a qui sortent tous les 3jours , pour moi trop peu de vrais , bien trop de gars qui se la gonflent, faisant les choses parce qu’ il faut les faire, sans savoir réellement ou ils vont, et surtout sans amour pour l ‘art, sans parler d’1 manque d ‘union et de respect aussi qui ne date pas d hier!!, tout l’ monde veux etre ds les bacs mais beaucoup ignore en faite ce que cela signifie!!!, on essaye de s éloigner 1 peu de tout ca….
a Nottingham…
avantages et inconvenients, comme partout mais je rescent moins tout de meme, cette envie d écraser l ‘autre pour réussir, les anglais sont ouverts…tu as ta chance soit t’ es bon et tu reste soit t es mauvais et tu dégages (enfin du moins en tant que français), sinon j ai pris énormement de plaisir a taffer avec eux, car autant pour moi que pour eux c était nouveau…et c est ca qui a fait ce feeling en studio…

C: Est-ce que tu connais quelque chose sur le hip-hop en Italie?
W: non, a vrai dire je ne connais pas le hip hop en italie , je pensse qu il y a du bon partout…moi si je taff pas la bas c ‘est uniquement par manque de moyens…il doit avoir des endroits scred ou ca pue le son…j en suis sure…

C: Qu’est-ce que tu penses de mp3?
W: bon pour certains, moins bon pour d autres…mais persso je trouve qu’ internet est devenu primordial, plus d 1 tiers de la promotion est de nos jours basée la dessus, le son est “fait” pour se faire écouter de toutes façons…si ca peux permettre a certains sans moyens d’ avoir du kiff tant mieux…ns on a bp donné par exempl. pour “touch2style” ce street cd promo tiré a 2000exempl couché exclusivement pour la street, on a mis aussi énormement de cemors inedits a telecharger sur notre site www.touch2style.com meme si beaucoup n ‘ont pas capter ont restent dans cette optique, moi je suis 1 peu contre les gens qui tournent avec 2 cemors en 6 mois et apres ils te disent qu ils ne ferment pas 1 oeil…et puis je reste persuadé qu en faisant ca , ouai tu fais peut etre pas 3000ventes mais au moins on t’ écoute grave …

C: Et des femmes dans le hip-hop?
W: j ai toujours penssé que certaines femmes étaient meilleurs pour négocier que les hommes niveau biz , certains prennent peut etre plus le temps de les écouter…maintenant c’ est 1 milieu de requin et je comprend que certaines ne s’ y investissent pas…concernant les mcs , y en a de plus en plus ca fais plaisir, le rap est avant tout 1 art…chacun est libre d’ écrire ce qu il veux et dire ce qu il pensse!!! homme ou femme pour moi c’ est la meme tant que ca claque !!!

C: As-tu joué en live?
W: oui j ai fais quelques concerts a l époque de mon 1er crew “le kartel omega”, certains se souviennent encore peut etre des rap échange du coté de toulouse…j ai pu gouter 1 peu au plancher british aussi…mais entre le l’ enorme taff d etre independant, les allés et venus a droite a gauche pour t2s, les seances de stud, y a pas eu bp de temps pour ca, moi je dis que c est super important, maintenant c est 1 étape , 1 truc qui se taff , après ca depend des gens…je suis en train de préparer quelques morceaux en ce moment pour ca, j en éprouve 1 grand besoin , le contact avec le public, les réactions des gens, c est primordial quand t’ es artiste!!!

C: Quel est l’artiste que tu prefere et pouquoi?
W: je ne me focalise pas en faite sur 1 artiste en particulier, j ecoute de tout du pera (francais…comme les anciens double pact, la cliqua de 96…du kainry…, en passant par du reggae , du d’ jazz, j aime aussi les musiques africaines (kandia kouyate par exempl), cubaine…1 guitar, 1 violon ,1 tam tam , 1 flute… me suffit parfois pour etre inspirer…

C: Selon toi les videos hip-hop represent le reel hip-hop?
W: beinh ca depend lesquelles…y a du bon comme du moins bon, moi j aime les videos scred ou y a des messages qui ressortent… le bling bling , leurs belles caisses et leur tass c’ est en faite pas trop mon truc.

C: Dans ta vie, comment tu vie le hip-hop?
W: le hip hop est en moi…, jour/nuit …en faite y a peu d importance, on va dire en gros que je suis atteind par “la maladie”….se pencher sur 1 thème, l’ écrire, le structurer le travailler pour l ‘enregistrer, derrière le mix ….déja ca, c’ est du taff c’ est dommage que bien trop ne voit pas ce qui se cashe parfois derriere 1 cemor…Apres quand t ‘es indé t’ es obligé de toucher a tout… tes designs, ta promo, ta distribution…les gars a allé voir a droite a gauche , tes anciennes connexions , tes nouvelles…il ns faudrait peut etre 3 vies pour faire tout ce que l ‘on souhaite!!! et encore…a nous de bien organiser nos emplois du temps.

C: Dis-moi quelque chose sur les radios et les clubs dans ta ville
W: a nous de se faire notre place…c ‘est tout.

C: Projets futurs
W: y en a pleins la tete et c’ est principalement ca qui me tiens debout…après j’ ai pas trop envie de m étaller la dessus, tout s’ envolle si vite…aujourd’ hui y a des trucs opé a nous de les sortir maintenant, et puis on va faire en sorte que les gens soient tenu au courant 1 peu plus de nos activitées, le site www.apolorecords.com va pas tarder a arriver aussi…certains en seront déja 1 peu plus…tant qu’ a touch2style…l’ histoire continue et le reste est a suivre de trés prés..

merci a tous ceux qui m écoutent et me soutiennent…j’ ai pas besoin de les citer , ils seront se reconnaitre, tous ces gens qui font avancer les choses ds l’ bon sens. just the real !!! acharnement , patience, et sacrifice. Whity

C: Pour te contacter?
W: whitemperament@yahoo.fr /
www.touch2style.com /
www.apolorecords.com (bientot onligne…)

Categorie:Senza categoria Tag: , ,

Interview avec ironik

6 Marzo 2005 Commenti chiusi

IRONIK
De Ciobin

CIOBIN: Bref histoire de Ironik :
IRONIK: j’ai commencé à jouer du drum à l’école secondaire, j’ai fait partie d’un band durant quelques années et ai commencé ensuite à écrire. J’ai formé le groupe L’Assemblée en 1998 !

C: Ceci est ton premier cd?
I: Solo, oui, mais j’avais réalisé le maxi La guérilla et l’album du coin de l’Oeil de L’Assemblée.

C: Dis-moi quelque chose sur le hip-hop dans ta ville
I: montréal est une metropole ou il est tres dur de faire entendre son rap. Pourquoi ? parce qu’il y a tellement de chose a faire un samedi soir que rares sont ceux qui frequentent les shows rap… c’est vraiment dans les regions que ca se passe au QUébec

C: Est-ce que tu connais quelque chose sur le hip-hop en Italie?
I: Absolument rien, mais j’Aimerais bien, y en a t-il en francais ou en anglais ???

C: Qu’est-ce que tu penses de mp3?
I: c’est un excellent outil de promotion… comme a la radio ou a la tv, les gens peuvent ecouter ton produit et c’est en l’ecoutant qu’ils peuvent l’Acheter. Cependant, le probleme c’est le downloading d’album au complet.

C: Et des femmes dans le hip-hop?
I: Elles y ont leur place. Je trouve qu’elles sont cependant souvent rabaissé par les stereotypes… Je vous amene à connaitre Muzion, un gorupe d’Ici avec une fille

C: As-tu joué en live?
I: De la guitare, oui… et mardi, nous faisons un lancement avec une band de 8 musiciens… ca s’annocne bien !

C: Quel est l’artiste que tu prefere et pourquoi?
I: ehhh moi… ahah, non sans blague,… je ne sais aps trop, ca y va pas vibe… ces temps-ci, j’Aime bien kanye west, un bonvieux tupac et aussi les classiques d’iam… je suis comment dit-on.. old school !

C: Selon toi les videos hip-hop represent le reel hip-hop?
I: certains oui, les videos au quebec ne sont pas comme les videos des states (Etats-Unis), ils ne montrent pas de violence ou de filles a moitié dénudés car ici, ce n’est aps la réalité du rap… alors oui ils representent notre réalité. Il est ce^pendant déplorable que tous les adultes et parents voient le hiphop strictement comme 50 et eminem leur montre… ce ne sont qu’une partie du hiphop.

C: Dans ta vie, comment tu vie le hip-hop?
I: ehh… en marginalité de la masse. Cependant, je travaille et je voiens de terminer un baccalaureat (université), je tente de me conformer aux regles tout de meme

C: Dis-moi quelque chose sur les radios et les clubs dans ta ville ?
I: je ne sors presque plus, je suis trop vieux hehehe ! mais nous on a aucune radios hip hip alors il est tres difficile de faire jouer nos morceaux a la radio, les “Vieux” qui siegent aux comités s’en foutre de nos revendications et de nos etats d’ames, on est parfois dangereux à leur yeux

C: Projets futurs
I: un album de L’Assemblée à l’automne, je travaille egalement sur la sortie de la ¸l’album de papaz en mai (sur ma compagnie de productions : www.iroproductions.com !

Pour te contacter?
ironik@iroproductions.com et dans mes spectacle !!!!!!! Peace

Categorie:Senza categoria Tag: , ,

Interview avec Homestretch

6 Marzo 2005 Commenti chiusi

HOMESTRETCH

Qui se cache derrière The Homestretch ?

A la base The Homestretch est un concept qui a réuni 2 concepteurs musicaux sur le 1er album, puis 5 concepteurs et une dizaine de musiciens jouant des instruments assez variés pour le Bug into the clones. Mais cette base est évolutive, c’est-à-dire que la chose à retenir est surtout que le concept se veut instrumental ; il peut à la fois être assimilé à de l?abstract hip-hop et être un support musical pour le emcee en mal de son. Et c?est aussi une histoire de potes ; associé au fait qu?on produit pas encore beaucoup de disques, ça nous a amené à quelques déviances lyricales sur le dernier Bug into the clones, et c?est tant mieux, ça change et l?essentiel est préservé : on se fait plaisir en se contentant d?avoir une démarche, si possible, artistique. A l?arrivée ça fait que la revue de presse est super encourageante aussi bien dans le registre hip-hop, que rock ou electro.

Comment s?est formé votre collectif ?

Les 5 concepteurs, à savoir Pan@Point, Cyclotimik, Presto l?alchimiste (aka Loop), Lex Appeal et moi-même Weeda Fresh représentons le noyau dur du label ; Iris est également très proche du label. Je connaissais Loop depuis pas mal d?années déjà et j?ai rencontré tous les autres à l?occasion de l?enregistrement du premier album qui a été mixé par Pan@Point et Cyclotimik il y a 3 ans maintenant. Les choses évoluent pas mal depuis et on continue de rencontrer beaucoup d?artistes, en particulier sur le plan des rappeurs et des musiciens.

Qui fait quoi ?

Sur le principe on est donc tous des concepteurs son ; après, on a tous plus ou moins des taches diverses. Perso, je m?occupe du côté commercial, administratif et autres conneries ; de son côté Pan@Point est ingé-son et s?occupe de tout ce qui se passe par le studio que ce soit pour bosser sur nos projets ou ceux des artistes qui viennent enregistrer chez nous (Audiomicid, K2C, AMS Crew, etc?). Y a également Cyclotimik, Loop et Lex Appeal qui nous aident considérablement car y a énormément de choses à faire en dehors du fait de faire de la musique ; en gros, pour lancer un label c?est un peu l?histoire d?un combat quotidien sur le long terme mais bon, j?imagine que vous connaissez bien ce problème?

Qu?est ce que Kamasoundtracks ?

C?est assez simple finalement, Kamasoundtracks c?est un label français indépendant de hip-hop. La formule peut s?étendre du hip-hop à l?electro en passant par de l?abstract, du jazz ou du rock? Les bases rythmiques restent toujours très inspirées du hip-hop en général mais le délire musical peut partir un peu dans tous les sens, l?important étant de faire passer de bonnes vibes. L?ouverture d?esprit est le mot d?ordre de notre démarche artistique plutôt de se cantonner à suivre la tendance ; d?autres sont là pour ça, nous on est là pour jouer le rôle d?un label indé. C?est pour ça que l?éthique est un élément qui compte beaucoup pour nous. Quelques soient les artistes avec qui l?on collabore il faut avant tout que le courant passe sur le plan humain, c?est le paramètre incompressible de notre démarche.
Quelles sont vos influences ?

Elles sont extrêmement variées s?il s?agit de nos inspirations respectives, ça peut taper dans tous les registres. Concernant la direction artistique que l?on souhaite développer pour Kamasoundtracks je pourrais plus facilement la résumer en citant quelques labels et autres références : Ninja Tune, Big Dada, Definitive Jux, Anticon, Stones Throw, Peanuts & Corn, Kerozen (r.i.p) l?indé ouest américain et beaucoup de choses qui se produisent en Angleterre autres que les labels précédemment cités. Et tout ça se mélange à la culture musicale qui nous berce depuis notre tendre enfance, à savoir le rock, le jazz, la variété et tout ce qui a pu traîner dans nos oreilles à différents degrés?

Comment définiriez-vous votre musique ?

Musicalement on prône l?ouverture d?esprit, c?est d?ailleurs pour ça que l?on travaille souvent nos morceaux avec des musiciens ; cette fusion acoustique électronique permet d?emmener les compositions bien plus loin et d?avoir cette touche acoustique que l?on affectionne tant ! Ensuite ça peut varier du hip-hop à l?electro selon les projets mais le tout reste très inspiré du hip-hop sur le plan rythmique. En définitif certains diront que l?on fait de l?abstract hip-hop alors si ça peut aider à résumer notre formule artistique et bien on va dire que l?on fait de l?abstract hip-hop…

Comment vous situez-vous sur la scène musicale française ?
Que dire sur la rareté de votre style musical en France ?
Comment voyez-vous l?avenir de ce style musical en France ?

A priori je ne pense pas qu?il y ait beaucoup de français qui pratiquent ce style musical mais je sais qu?il y a malgré tout énormément d?artistes indés dont on se sent proche artistiquement et éthiquement parlant. A part ça on ne se situe pas vraiment par rapport à la scène française, non seulement parce que je ne saurais pas trop avec quel label comparer Kamasoundtracks mais aussi car je considère que l?on a encore trop de choses à apprendre et à faire avant de pouvoir prétendre en être au stade de se situer. Associé à ça, quand tu sais que la part de marché de la musique indépendante en France représente à peine 7% alors qu?elle avoisine les 30% en Angleterre ça fait suffisamment mal au coeur pour que l?on ait pas envie de se situer au milieu de cette situation de quasi néant. Concrètement c?est également ce qui fait qu?un indé anglais, allemand ou américain arrive bien mieux à vivre de ses travaux. Ils le doivent en grande partie à leur créativité, certes, mais je pense surtout qu?ils le doivent à l?ouverture d?esprit de leur public qui est manifestement beaucoup plus curieux que le français lambda ; reste juste à espérer que ce dernier le deviendra ?

Comment voyez-vous votre avenir ?

Et bien il y a déjà le projet hip-hop que l?on s?apprête à sortir en mars et qui s?appellera Soul?Sodium. Pour une fois ça n?est pas un album instrumental mais un album bossé avec 6 rappeurs (Loop, Iris, Sept, Supermicro, Soklak, Arm) incluant également un maxi avec Supermicro, Loop et Sept. Ensuite l?album Shaolin Birdz qui sonnera plus hip-hop, electro et rock et où l?on repartira un peu plus vers des sentiers instrumentaux et enfin un album d?Iris & Arm ensemble qui se profile de plus en plus à l?horizon.
A part ça, si on devait se souhaiter des choses on commencerait par faire 3 ou 4 albums par an et le fait de devenir éditeur de nos disques ça serait pas mal aussi. Artistiquement il y a de fortes chances pour que l?on conserve les mêmes orientations si ce n?est que l?on se concentrera plus sur le développement d?artistes chanteurs, chose que l?on a commencé à faire il n?y a pas très longtemps. Et enfin plus de scènes, plus de collaborations et plus de clips, mais bon ça c?est ni plus ni moins qu?une histoire de taf et de temps !

Categorie:Senza categoria Tag: , ,